Ami à poils, ami sans poil, bonjour !

 Unvegetarien animauxe bonne initiative !

Tu as sans doute regardé la télé hier, tout comme moi, peut-être même Arte comme je te l’avais conseillé. Je reviens donc une (longue) seconde sur ce que nous avons vu. Je suis plutôt satisfaite des reportages passés, pour un début de soirée, c’est mieux que rien. Mais je suis restée sur ma faim (sans jeu de mot). C’était frileux frileux quand il s’agissait d’aborder les images qui fâchent, ça esquivait sévère la réalité des abattoirs ou des élevages en batterie. Le reportage sur les végétariens à travers le monde était, par contre, bien ficelé.

Mais un débat stérile…

Grande déception concernant le débat, je me serais mis la tête dans un mixeur s’il avait duré deux heures. Franchement, c’était stéréotypé, poussif, un chouïa agressif comme convenu.

J’ai été particulièrement horripilée par Noélie Vialles, thésarde anthropologiste hautaine, apparemment spécialiste de la consommation carnée et sa culture. Cette brave dame juge dès le début le titre de l’émission. Pour elle, non on ne mange pas les animaux, on mange un produit transformé. Mais bien sûr… Et le poisson pané il naît carré et les big macs, ils poussent dans les arbres et la marmotte… Et la marmotte elle mord le jarret de la dame si elle s’arrête pas de dire des conneries. Non mais sérieusement, faut arrêter là. Le débat a donc ressemblé à une partie de ping-pong perdue d’avance entre les invités, l’apothéose ayant été la question de la peur de la mort chez les bestioles. Un vrai dialogue de sourds…

vegetarien lyonA retenir :

Je tire mon chapeau au Dr Rupert Ebner, vétérinaire de son état, qui a élevé le niveau. Membre du bureau Slow food Allemagne, il a su défendre poliment et intelligemment sa conception d’une nouvelle gastronomie, citoyenne et responsable. (Slow Food France c’est par .)

En tout cas, c’était une bonne initiative de la part d’Arte. France 2 avait déjà consacré en février un reportage sur la viande dans son émission Envoyé spécial : « La viande dans tous ses états ». Les choses bougent, on ferme moins les yeux. Les gens commencent à vouloir savoir ce qui atterrit dans leurs assiettes. Les consciences s’éveillent et s’ouvrent timidement à la vérité, c’est bien !

Je ne prône pas le végétarisme forcé pour tous mais, à mon sens, c’est indispensable de s’intéresser à ce que l »on mange, non ? C’est en devenant un consommateur  éclairé que l’on peut faire ses propres choix. Et pourquoi pas devenir végétarien :-)

Et toi, tu fais attention au contenu de ta gamelle ? Tu en penses quoi finalement de tout ça ?

A lire également :

Faire le deuil de son animal de compagnie, pas facile...
Pub Cravendale : quand les petits chats à pouces complotent !
Chat glouton, un gros problème d'alimentation...

Laisse un commentaire mon mignon, fais pas le timide !