faire le deuil de son animal

Ami à poils, ami sans poil, bonjour !

Aujourd’hui, des larmes vont être versées dans les chaumières et sur les claviers… J’ai pas mal cogité avant de me décider à écrire cet article. Je ne savais pas par où commencer, ce que je voulais dire, comment aborder le sujet. Après-tout, qu’y-a t-il de pire que de parler de la mort d’un animal sur un blog consacré à ses animaux ? J’ai choisi d’aborder la question du deuil animal, du deuil de mon animal, en différé. Ma petite Pilule est morte le 17 juin, ça fait donc un peu plus de deux mois. Ce petit délai de latence a été nécessaire.

Le deuil animal, un deuil à part entière

Quand on embarque sur son chemin un animal, on sait qu’il n’est pas éternel, qu’il mourra très certainement bien avant nous. On sait que l’on va devoir faire face à sa disparition, mais quand on y pense, ça nous paraît souvent impossible, insurmontable. Certaines personnes s’obligent à y penser pour s’y préparer, pour que ça soit moins brutal. Ce n’est pas idiot, mais ça ne marche pas. On a beau imaginer les pires scénarios, essayer de savoir ce que l’on envisage pour la dépouille de notre poilu, quand ça arrive, c’est toujours un choc. Même quand il s’agit de la mort d’un animal déjà malade et affaibli.

 

incinérer chat

 

Deuil et animal de compagnie, des larmes et des étapes

Comme pour tout mécanisme de deuil, on peut identifier quatre étapes à l’annonce de la perte de l’animal. Leur intensité et leur durée varient selon l’individu et la relation qu’il a instaurée avec son compagnon.

 1. Le choc – le déni

La première réaction est, je pense, de ne pas y croire. On a entendu l’information, on a compris les mots du vétérinaire mais, non, ça ne peut pas être possible, on ne tilte pas dans notre petite tête. On est sous le choc, notre monde s’écroule, c’est une erreur, l’animal va revenir ! Le déni peut durer de quelques seconde à plusieurs jours.

Généralement, quand on nous apprend comment ça s’est passé, quand on sait à quelle heure est mort l’animal, quel traitement il a reçu, s’il a souffert, des images apparaissent, on atterrit un peu. On réalise soudain, on recrée la réalité de la mort. Et là, on pleure. Et là, on souffre. Et c’est normal ! Le premier qui me sort : « Mais ça n’était qu’un chat, faut pas se mettre dans des états pareils, ma petite dame ! », je le baffe. Le chagrin et la peine sont tout à fait justifiés. Temps, amour, argent, on investit beaucoup dans sa relation avec son animal. Qu’importe l’espèce, qu’importe la taille, chien, chat, lapin, perroquet, iguane, hamster ou mammouth de compagnie, un lien fort se crée. Pourquoi ne nous manquerait-il pas lorsque nous le perdons ?

2. L’émotion.

La colère, la tristesse, la douleur font partie intégrante du travail de deuil. Peut s’ajouter à cela la culpabilité lors d’une mort par accident ou par euthanasie. Le maitre s’accuse d’avoir pris la mauvaise décision, de ne pas avoir été suffisamment prudent, d’avoir été absent. Un maître trouve toujours de quoi s’accuser, crois-moi. La culpabilité sert souvent de dérivatif, de voile, à une douleur trop forte. C’est une façon de ne pas s’exposer directement à un présent trop violent, marqué par une absence jugée alors insupportable. Quand on a perdu le contrôle du présent, quand nous ne pouvons plus rien faire pour faire revenir notre animal, seul le regret et la rumination nous ramènent dans le passé, dans ce passé où l’animal existait encore. Il faut pouvoir en parler, vider son sac et accepter que tout ce qu’on a fait, en bien ou en mal, a été fait par amour. Se culpabiliser n’est pas anormal mais cette attitude ne doit pas s’éterniser. Si les ruminations tournent en boucle, sont vaines, incessantes, elles deviennent toxiques et bloquent le travail du deuil. Il n’y a plus de place pour les autres sentiments.

déces chien

Grande tristesse, profond sentiment d’injustice, colère, abattement, toutes les émotions que le maître ressent sont intenses, douloureuses. En aucun cas, elles ne sont feintes ou exagérées. Des proches compréhensifs, réels ou virtuels (les forums animaux sont de bonnes oreilles), permettent au maître d’évacuer ce flot d’émotions. Ces vagues de douleur et de chagrin sont à accueillir avec bienveillance. Nos larmes sont le dernier hommage, le dernier signe d’amour que nous exprimons à notre animal, elles lavent notre peine, pourquoi les retenir ? Cependant, il ne faut pas non plus s’accrocher à sa tristesse comme si, par fidélité, on la devait à notre compagnon. Aller mieux ne signifie pas désavouer l’amour que l’on a porté à son quatre pattes !

« Faire le deuil, ce n’est pas oublier, mais pouvoir passer à autre chose en ayant intégré le souvenir du disparu dans son cœur. » – Marina von Allmen-Balmelli

3. L’acceptation

Dans les premiers temps du deuil de l’animal, la douleur est si présente qu’on image ne pas pouvoir s’en relever. Et puis, tout doucement, on pleure moins, on recommence à sourire. Un peu. C’est une étape qui se vit graduellement. Chaque maître apprend, à sa façon, à réorganiser sa vie sans l’animal, à apprivoiser cette absence, à digérer la perte. Plus tard, il sera enfin capable de repenser aux bons moments vécus avec son compagnon : les vacances, les câlins, les pitreries…

enterrer chat

 4. Le réinvestissement dans une nouvelle relation

Cette étape diffère d’une personne à l’autre. Certains se sentent rapidement prêt à adopter un nouvel animal. D’autres le refusent, craignant de souffrir à nouveau. C’est une réaction normale qui, bien souvent, s’atténue avec le temps, jusqu’au jour où le désir d’un autre animal s’impose. Le maître doit aller à son rythme, suivre ses envies. Certains préfèrent reprendre un chien ou un chat qui ne ressemble pas du tout à l’ancien compagnon, d’autres choisissent la même race. Je pense qu’il faut savoir s’écouter. Pour autant, je ne conseille pas d’aller chercher le petit nouveau dans les jours qui suivent le décès, le risque étant de constamment comparer le nouvel animal avec l’ancien et de ne pas développer une relation saine et épanouissante. Le nouvel arrivant n’est pas un animal de remplacement ! Il faut prendre le temps de faire le deuil de celui que l’on a perdu.

Adieu ma petit Pilule, mon propre deuil…

 

Ma petite Pilule est donc morte un dimanche matin à l’aube.

Mon vétérinaire l’avait hospitalisée car son diabète (cf Mon chat est diabétique) s’était brutalement déréglé et elle avait eu des fortes crises de convulsions. Elle a alterné hypoglycémie et hyperglycémie sans raison. Un jour, elle semblait se rétablir, le lendemain, elle enchaînait les crises et se fatiguait beaucoup. Malgré les traitements pour la calmer, son corps s’épuisait et son cœur a fini par lâcher. Ma Pilule se sera bien battue.

Mon vétérinaire m’a appelée. Lui, qui est d’habitude si franc du collier et qui ne mâche pas ses mots, m’a dit avec douceur : « J’ai une bien mauvaise nouvelle, Pilule est décédée ce matin ». J’ai toujours trouvé le verbe « décéder » un peu trop douillet pour évoquer la mort, que cela soit pour les hommes ou les poilus. Pourtant, là, honnêtement, j’ai apprécié d’apprendre la nouvelle avec un peu d’enrobage.

Je savais que Pilule était franchement dans une mauvaise passe et que l’issue était incertaine. Malgré cela, cette annonce m’a laissée abasourdie, envahie par un sentiment d’impuissance, de tristesse et d’injustice. Une vrai tempête sous mon petit crâne. J’étais abattue. J’ai pris le temps d’évacuer tout ça, de me calmer, de penser à tête reposée à ce que j’allais faire de sa dépouille, c’était nécessaire.

Une semaine plus tard, j’étais prête à récupérer le corps. Quand je l’ai vu, je n’ai pas été choquée, j’ai été déçue. Je pensais retrouver une dernière fois ma Pilule mais il n’en était rien, ce n’était déjà plus elle. Elle n’était pas affreuse, ni amochée, ce n’était simplement plus Pilule. La mort avait éteint cette chaude lumière qui éclaire le regard. Sans elle, le corps est terne et opaque, on ne peut plus rien y lire. Là, j’ai enfin réalisé que Pilule était morte, vraiment morte. Je m’étais jusque là répétée : cela ne se peut pas. Mais si, cela se pouvait. Je ne reverrais jamais plus Pilule, ma Pilule, celle que j’ai aimée. La Pilule qui m’avait émue, énervée, affolée, intriguée et aimée en retour n’est plus. La Pilule qui braillait, qui fouinait dans les placards en véritable tête chercheuse de bouffe, qui ronronnait sur ma tête, qui me collait sa truffe humide sur la joue à 6h du mat, qui me demandait tant de soins et d’attentions, cette incroyable bestiole n’existe plus. Elle n’est plus que dans mon cœur et dans mon souvenir, et c’est là que je la retrouve quand elle me manque de trop.

Et après ?

J’ai choisi d’enterrer son corps dans un endroit qui me tenait à cœur, lié à de bons souvenirs. Pour rappel, à la perte de son animal, on peut décider de l’enterrer dans un cimetière animalier ou dans son jardin, uniquement si l’on est propriétaire du terrain et que la bébête fait moins de 40 kilos. A savoir, la dépouille doit être enterrée à plus de 35 mètres des habitations ou d’un point d’eau et, selon la loi, il doit être recouvert de chaux. On peut également opter pour l’incinération  collective (on ne peut pas récupérer les cendres) ou l’incinération individuelle (plus chère, mais on récupère les cendres). De nombreux sites d’urnes funéraires pour animaux existent (ici ou ) pour conserver chez soi les cendres de l’animal disparu.

deuil chatLa sœur de Pilule, Esbroufe, a été décontenancée par cette perte. Dans les jours qui ont suivi, elle s’est montrée anxieuse, distante, un peu apathique. Ses miaulements étaient inhabituels, elle semblait perdue. Puis, en quelques semaines, elle a retrouvé un comportement normal, elle avait retrouvé toute sa joie de vivre. Elle est devenue encore plus proche de moi, encore plus affectueuse.

Je ne pense pas reprendre un autre chat. C’est prématuré, j’ai encore tendance à dire que j’ai deux chats, j’ai déjà eu bien du mal à écrire cet article… Et puis, j’ai établi un équilibre fragile entre mes poilus, je ne tiens pas à le mettre en péril en accueillant un petit nouveau. Mais qui sait, le temps fera son œuvre. Le temps finit toujours par apaiser les plaies. Bien sûr, il reste les cicatrices, mais je les vois comme le reflet de l’amour que l’on peut donner à nos animaux, aux autres, au monde. Hé oui, quand il y a de l’amour, il y a toujours un deuil.

# Pour finir, j’ai trouvé un site sur le deuil animal : Soutien perte animal domestique. Il y a plein de bons conseils, des réflexions sur l’euthanasie ou la culpabilité.

## Un bon livre également à avoir sous la main si on ne trouve plus de solutions par soi-même pour passer ce cap difficile > Quand l’animal s’en va : gérer la perte de son animal de compagnie

Marina von Allmen-Balmelli (Jouvences Editions)

quand-lanimal-sen-va

« Faire le deuil, ce n’est pas oublier, mais pouvoir passer à autre chose en ayant intégré le souvenir du disparu dans son cœur. »

Dans sa pratique quotidienne de la médecine vétérinaire, l’auteur est régulièrement confronté au chagrin parfois insurmontable que vivent les propriétaires lorsque leur animal de compagnie décède. Ayant appris à gérer cette situation, elle a décidé d’écrire ce livre pour parler de la mort des animaux de compagnie, de l’euthanasie et du deuil, de façon à lever les tabous qui entourent trop souvent ces sujets délicats. Ce livre s’adresse aux propriétaires d’animaux de compagnie pour les préparer à cette perte inévitable, le aider et accompagner leur deuil, parler ouvertement de l’euthanasie et des doutes et réflexions qui vont avec. 

Je dédie donc ce long billet à ma très très chère Pipi qui est bien au chaud dans mon cœur. Et longue vie à nous tous, à poils et sans poil ! 

A lire également :

Promener son chien par grand froid, est-ce bien raisonnable ?
Petit tour au parc a chien Chazière
Véto Junior, c'est fini ! C'était bien ?

68 commentaires

  1. Je voulais juste signaler que l’on trouve aussi des urnes funéraires sur ce site :

    http://www.funeraire-urne.fr/fr/

    J’ai acheté l’urne korko que je trouve magnifique
    Cordialement

  2. Gershwin dit :

    dans la grande salle d’incinération du cimetière de la Guillotère à Lyon, est gravé dans le mur « Le tombeau des morts c’est le coeur des vivants »…

  3. romainparis dit :

    Bonsoir,

    Je ne peux que te féliciter pour cet article (j’arrive en ayant lu ton comm sur wamiz).
    La perte d’un animal est effectivement un moment douloureux. Tout comme la disparition d’un proche (humain).
    J’ai déjà été confronté à plusieurs reprises, ayant eu des animaux depuis l’enfance.
    La disparition de mon premier chien, alors que j’avais 19ans et lui 14, fut un drame. J’en ai pleuré, je m’en souviens alors que je faisais la saison d’été dans un hotel de la côte. Si bien, que la patronne me laissa ma journée…
    Quelques années plus, j’ai revécu le drame avec mon autre chien, mort très jeune à 4 ans.

    Aujourd’hui, j’ai un King Charles a 8 ans, et il est vrai que de penser à ce jour funeste, me fait mal. Tant car j’adore mon chien, et autant je lui dois la vie, j’ai été gravement malade en 2006 et plusieurs mois, sans lui, je ne serai plus là. La solitude m’a pesé, mais il etait là (avec des gens aussi bien sur). Mais, il était là plus que tout.
    Je n’ai pas de jardin, déjà j’ai pensé à l’incinération, sauf que c’est quelque chose que je me refuse pour moi, alors l’imposer à mon chien ? Je ne suis pas sur… Apres de laisser sa dépouille au véto pour finir à l’équarissage, hors de question.

    Bref, autant ne pas y penser et que ce jour soit le plus tard possible.

    En attendant, faut profiter de nos compagnons et de garder en mémoire ceux qui ne sont plus là.

    Tout comme tu entretiens, la mémoire de Pilule par ce billet et surement d’autres ;-)

    • Clau dit :

      Oui perdre un animal est une vraie épreuve, un vrai deuil, ton témoignage est très touchant, merci. Les animaux jouent un très grand rôle dans la maladie et sa guérison, je ne le sais que trop bien. Je pense d’ailleurs que les animaux devraient être bien plus présents dans les hôpitaux. Et oui c’est vrai la seule chose à faire, que cela soit avec nos amis à quatre ou à deux pattes, c’est de profiter d’eux et de leur montrer notre amour, c’est l’amour de tous les jours qui compte. Et advienne que pourra, nous trouverons la force d’y faire face le moment venu.

  4. stella dit :

    bonjour,
    une amie a indique votre lien sur son site,je viens de perdre  » ma nounou » il y a 3 jours et 6h,une petite chihuahua de 7 ans et demi
    j ai mal,tres mal ,
    en lisant votre article, il me fait entrevoir une petite lueur dans l acceptation de son depart,il reste encore l epreuve de l incineration, merci de nous parler de votre deuil,je vous souhaite beaucoup de courage;
    amities
    stella

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour, votre commentaire m’a beaucoup touchée. Je comprends votre douleur, vivez la sans culpabiliser, la vie reprendra doucement son cours, votre nounou dans votre coeur et si vous avez encore un peu d’amour en trop, vous le saurez et envisagerez un nouveau compagnon. Laissez vous le temps. Courage et toutes mes pensées.

  5. Athéna dit :

    Merci de ce blog et articles très intéressant.
    Cela va faire un an le 9 février que ma Golden retriever Sandra est partie. Elle a quitté ce monde chez elle, je n’ai pas eu à la faire euthanasier, un cancer du foie fulgurant l’a emportée. Je pleure encore en écrivant ces ligne. Je suis inconsolable malgré mes deux nouveaux petits Cavaliers Kings Charles.
    Je suppose que le temps adoucira mon chagrin mais pour aujourd’hui, il est toujours aussi grand.
    Elle était tellement exceptionnelle. Bonne, douce, drôle et hyper intelligente.
    Elle était une partie de moi-même, aujourd’hui, je me sens amputée.

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour et merci pour votre commentaire. Je suis de tout coeur avec vous, les goldens sont des chiens si attachants ! Votre coeur est encore meurtri mais il vous reste encore de l’amour à donner ! Vos deux petits cavaliers sont là pour vous maintenant, le temps fera son œuvre, vous souffrirez moins et vous repenserez un jour avec bonheur à votre Sandra sans pleurer. Ne vous accrochez pas à votre chagrin, laissez le glisser et vous verrez que les souvenirs agréables viendront bientôt remplacer cette peine, Sandra vivra dans la sérénité à travers vos souvenirs. Je pense à vous.

  6. Addink olivier dit :

    Bonjour. Mon amour de golden vient de me quitter. Il est parti hier dans mes bras en compagnie du veto apres une lutte courageuse contre le cancer. Je suis accable par le chagrin. Solo etait mon chien d assistance et m accompagnait quotidiennent dans la vie de tous jours. Il repose desormais apaise dans mon jardin. Il a ete la pour passer des epreuves difficiles de ma vie et aujourd hui j ai l impression qu une page de ma vie est partie avec lui. Son absense et si pesante et je n arrive pas a penser aux bons moments passes avec lui sans pleurer..
    Merci de nous donner la possibilité d exprimer notre intense tristesse qui je l espere m aidera pour faire le deuil de cette cruelle disparition. Parler de solo c est aussi une façon pour moi d honorer sa mémoire et de dire a quel point ce chien etait formidable.

    • Pas bêtes dit :

      Je vous envoie mon plus profond soutien pour vous accompagner dans le deuil de Solo. Pour le moment, c’est trop tôt pour repenser au bons souvenirs, la douleur est trop forte, c’est normal. Vous avez été là pour Solo et il est près de vous dans votre coeur et son corps repose dans un endroit que vous aimiez. Vous avez fait tout ce qu’il faut. Je comprends que pour vous son absence soit écrasante, mais plus tard écoutez tout doucement vos souvenirs, Solo est là encore avec vous et il le sera toujours. En attendant, reposez vous, pleurez, dormez, mangez bien et un beau matin ça ira un peu mieux. Et qui sait Solo sera peut être content de vous voir apporter du bonheur à un nouveau chien si le coeur vous en dit.

  7. risso dit :

    le 7 fevrier je viens de perdre ma rott tacha elle allait avoir 11 ans le 29 juillet je me culpabilise j’ai po ete en alerte de ces symptomes elle ne s’est jamais plainte j’ai 3 chiens tacha kyser male rottqui va avoir 14 ans et mon stchi-zu qui va avoir 16 ans je n’etais po prete a ce que tacha parte en premier il est vrai ke depuis kelke temps 15 jours environ elle rentrait de dehors essoufle puis sortait et rentrait se coucher ne s’attardait pas la semaine derniere elle ne voulait manger que son sandwich au paté et ses biscuits ne touchait pu a ses crokettes je pensais a un capricce car malgré son manque de dynamisme elle etait très eveillée venait faire des bisous enfin menait sa vie trankille de memere avec les autres donc je me suis fachée je kje lui ai supprimé les gourmandises mis du jambon dans ses crokette et lui ai dit que tant kelle ne mangerait pas sa gamelle fini les crokettes elle a commencé par trié et manger k le jambon ce ki etait peu comme ration au bout de 3 jours en la sortant elle m’a semblé faible j’ai ete vois le veto ki m’a anoncer problème de foie ses machoires etaient blanches 39.4 de fievre donc anémié elle lui a fait une piqure et m’a dit d’attendre 3 jours si rien ne se passait elle …. rien ne s’est passé pourtant je lui ai fais jambon steach haché elle refusait je la faisais boire a la seringue elle refusait de s’alimenter je me refusais a croire ce que le veto m’avait dit j’ai oublié que je l’avais fe opéré en novembre 2012 d’un kyste douteux sur la patte arriere droite et elle avait une grosseur au nivo de la rate je me refuse a son depart je me culpabilise car je me dis que j’aurai peut etre pu la sauver si j’avais ete plus attentioonné a son etat que je passais sur un caprice j’ai tyrès mal je me dis kelle avait 10 ans que je lui avais donné tout mon amour pendant toutes ces années et meme encore jusqu’à son depart tous les soirs j’allais coucher mes 3 chiens dans leur chambre ils avaient un lit et leur faisais des bisous avant d’aller me coucher et les 3 jours avat son depart je suis restée avec elle la veille j’ai dormi avec elle a un moment elle a levée sa petite tete et m’a fait des lechouilles et le lendemain jeudi on etait ous autour de sa paniere une partie de l’après midi puis ver 15h30 jsuis allée me chercher un kfé je l’ai entendue bouger elle etait sortie de sa paniere la tete levée dans ma direction jsuis venue me suis accroupie lui ai posé sa ete sur ma cuisse et lui ai dit que je l’aimais et kelle pouvait partir si elle voulait qu’elle serait tjrs dnas mon coeur kyser etait la oci elle a rendu son dernier souffle le 07 a 16h le soir je l’ai veillé et le lendemain on l’a enterré dans notre jardin j’y ai planté 2 rosiers e depusi j’y vais a plusieurs moments de la journée me recueillir et lui demander pardon je sais ko fond de moi son etat etait avancé k j’orai pit etre prolongé sa vie de 1 a 6 mois e souffrance avec des opérations je pense kelle n’a pas voulu car elle me voyait pleurer toute la journée et elle s’est laissé mourir afin d’etre elle soulagé et de nous soulager a ne pas prendre une grosse d&écision comme l’euthanisie ou je m’en sentais po capable j’ai mal très mal je crie je pleure je lui demande pardon et meme de revenir et surtout d’etre presente pour ns accueillir kyser noa et moi elle me mank enormet c’été une chienne super avec son caractere mais trop adorable elle a souffert en silence ne m’a jamsi rien laissé voir de sa douleur je me remémore ces der jours avec elle il est vrai k’1 matin j’avais vu du vomi de glaires jaunes vertes dans le couloir je savais k ca venait de la bile mais j’ai pensé a kyser ki est l’ainémais pas du tout a elle car le matin tout le monde etait normal ca c’etait passé dans la nuit et la aussi je m’en veux tous ces signes k je decris aujourd’hui après mon passage sur divers sites m’ont donné les signes d’un cancer du foie généralisé manque d’appetit promenade ecourté caprice… et oui si on savait tout mais ils disent aussi que ce cancer emporte très vitre notre compagnon généralement ca pardonne po mcii ma tacha d’avoir ete aussi courgeuse elle ne s’est jamais plainte et n’a pas voulu partir sans me dire au revoir je pense kelle ne ma pardonné ma negligence du debut de ces symptomes mais je m’en veux enormement je n’arrive pas a avancer je ressasse ces 15 derniers jours sans arret pourtant kyser et noa ont besoin de moi j’essaye de ne po trop leur montrer ma peine mais je sais bien kils le sentent pourquoi n’ai je pas ete alerté okay jsuis pas veto mais peut etre que .. et je sais plus je le vis très mal ma tacha je t’adore et tu resteras tjrs dnas mon coeur et mes pensées tu es partie avec une partie de moi jtmmmm tu me mank

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour et milles pensées pour vous.
      C’est difficile de ne pas culpabiliser suite au décès d’un animal par maladie, j’en sais quelque chose mais sachez que tout cela ne sert à rien. Vous grattez vous-même votre plaie et votre douleur. Vous avez fait ce que vous avez pu, vous avez emmené votre chien chez le vétérinaire, trop tard, trop tôt, là n’est pas la question. Vous vous êtes comportez en maitre responsable et aimant. L’amener 15 jours plus tôt aurait pu changer les choses, ou pas, vous n’en saurez jamais rien. Ca ne sert à rien de se repasser tout le film des évènements, vous ne pourrez plus rien changer, acceptez le et stoppez ses pensées qui bloquent votre deuil. Vous avez agi avec amour et votre Tacha est morte entourée des siens, entourée d’affection, voilà l’important, c’est ce qu’il y a à retenir. Cessez de vous faire du mal pour rien, gardez vos forces pour reprendre goût à la vie et vous occupez de vos autres loulous. Tasha sait que vous avez fait le mieux pour elle, c’était son heure, vous n’y pouvez rien, elle est maintenant paisible près de vous.

  8. risso dit :

    mci pr votre reponse ais dure de ne pas se culpabiliser ce matin encore jsuis allée la voir car sa tombe est dans mon jardin face a ma baie vitrée je lui parle j’essaye de me persuader que je lui ai donné une belle vie loin de la mechanceté de certains humainset encore a ce jour je la protege car personne ne va la depiecer pr en faire des cremes ou des abats je la veille elle est pas humaaine mais si presente encore j’ai peur a ce jour pr mon petit chien de 16 ans qui rencontre des prob de poumons il est triste ne bouge presk plus ils etait très unis tous les 2 elle le protegeais comme son petit j’essaye de le reconforter mais je sais 16 ans c’est aussi un bel age et k tacha aussi a 10 et demi a bien vecu que c’est notre destin aussi douloureux soit il mais après toutes ces positivités je renégative la je vais me chercher des anxiolitiques sinon j’ai peur j’y arrive pas je vis seule avec mes chiens pas de famille ils sont ma famille alors … mci mais j’ai mal et …peur

    • HARY 10 MOIS dit :

      c’est affreux de perdre ces doux animaux qui attendent beaucoup de nous mais en retour ils nous apportent tellement de bonheur,de joie des douceurs et lorsque qu’ils nous quittent,qu’ils sont froids sans réaction à laquelle nous sommes pas habitués et tant mieux d’ailleurs.Ils faut profiter le plus possible de leur présence quand ils sont à côté de nous,les choyer et avec vous iln’y a pas de problème dans ce que vous dîtes donc continuez à bien prendre soin de votre petit chien qui a beaucoup besoin de vous.Il y a des gens autour nous non ouvert à nos ressentiset qui ne peuvent comprendre nos peines,douleurs que suscite le départ définitif de nos trés chers compagnons hyper fidéles à leur maître.Beaucoup de courage à vous et puissiez vous trouver le calme et plus cette tempête qui nous assaille et même la torpeur qui est je pense nécessaire au deuil.Michelle

  9. HARY 10 MOIS dit :

    soirée ou nuit du 27 02 au 28 02 2012,
    petit chat trés beau,gentil,vif,doux en remplacement d’une belle minette Zoé,17ans,euthanasiée en ma présence, atteinte d’un cancer et ne se nourissant plus beaucoup:je ne voulais pas qu’elle souffre d’où l’acceptation du vétérinaire de l’euthanasie. Et donc mon petit Hary trés jeune arrive et il m’aide à surmonter ma peine qui se trouve heurté par une voiture sans que je sois là pour l’accompagner où peut être si sa mort n’est pas survenu sur le coup a été déposé tout prés de la maison que l’automobiliste a laissé là gisant et découvert le lendemain matin=affreux de n’avoir pu rien faire et de n’avoir pas été présente.ça fait 13 jours aujourd’hui déjà.Je m’en veux de ne l’avoir pas emmené avec moi car il était si jeune et à mes coté seulement que depuis 5 mois.Trop injuste;cruel laissant un vide que je ne comble pas.Il est enterré prés de ma petite Zoé.J’ai fleuri l’endroit où il repose mais je dois accepterqu’il ne réapparaîtra plus.Je trouve ça injuste,cruel et ma vie n’a plus de sens.Je pleurs ce petit être qui n’a rien pu faire de sa vie et moi je ne le verrai plus évoluer comme je l’esperaiet vivre autant d’année que Zoé.Mon trés pauvre petit HARY.

  10. HARY 10 MOIS dit :

    Hary,mon petit pére qui n’a vécu que 10 mois,tu étais beau,doux,vif et je t’ai fais trop confiance pensant que tout allait bien se passer et que j’allais te sérrer dans mes bras à mon retour;malheureusement le sort en a voulu autrement puisque ta mort est survenue le jour de mon retour et ça été comme un coup de poignard dans mon caeur.Je me remets comme je peux et c’est trés dur.Je souhaite que tu reposes en paix prés de Zoé qui va t’emmener avec elle faire un grand voyage!!!.Je ne t’oublies pas;je suis trop ,trés triste et j’ai énormément de peine.Tu me manques tellement mon petit pépére=10 mois c’est trop jeune pour partir…..Ta maîtresse.

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour, vous avez l’air très marquée par le décès de Zoé et Hary, je pense bien fort à vous. Vous avez été une bonne maîtresse, la vie est souvent injuste. Essayez de parler de votre douleur à des proches compréhensifs et reposez vous bien. Courage.

      • HARY 10 MOIS dit :

        Je vous remercie pour vos encouragements et votre compréhension qui me vont droit au caeur.J’en ai parlé autour de moi et mes amis sont sensibles à ma détresse ce qui réconforte;j’ai malgré tout du mal à penser que mon petit HARY ne reviendra pas et pourtant c’est évident!!!.Je pense beaucoup à lui et je souhaite que ce deuil va suivre son cours et que je vais être moins affectée petit à petit.Un grand merci à vous.

  11. risso dit :

    je suis de tout coeur avec vous c’est très dure de perdre son compagnon mais comme on dit avec des si on referait bcq de choses mais c’est le destin et je crois que tout est ecrit a ce jour je pleure tjrs ma tacha on essaye de vivre avec mes ainés kyser et noa mais elle reste tjrs presente elle est dans mon coeur et le restera j’espere qu’a mon arrivée elle sera la et que je pourrai lui refaire plein de bisous et lui dire k je l’aime très fort je sais c’est très dure c’est un moment très difficile a passer je vous envoie toute ma sympathie

    • HARY 10 MOIS dit :

      Vous êtes une super maîtresse aussi ,vos animaux sont choyés et vous avez fait tout ce qui était en votre pouvoir pour votre petite chienne qui reste dans votre caeur et nous pensons toutes,tous que nous n’avons pas été assez attentifs je pense!!.Je pleurt tout comme vous mon HARY qui était beau et ne demandait qu’à vivre comme ma Zoé que j’ai gardé 17 ans prés de moi trés fidéle.Il faut se résoudre à l’inéluctable et accepter ce que je n’arrive pas à faire encore no plus.Bon courage à vous.Sincéres pensées.

  12. Nadège dit :

    Merci cet article très touchant et nécessaire et pour votre lien ,-).

  13. Emma dit :

    Bonjour…
    Je viens de perdre mon petit rayon de soleil.
    Une adorable petite chatte de 14 ans qui se nomme ; Bibou.
    Elle s »est éteinte le 02 avril 2013 .
    J’ ai énormément de mal à concevoir ma vie sans elle. Il me manque une partie de moi. Je n’ai plus de saveurs aux plaisirs d’avant. J’avoue que quelque part elle représente la famille que je n’ai pas eu. Comment continuer sans l’être aimé?
    merci pour cette page d’expression….

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour Emma, je vous comprends, je viens de vivre un nouveau deuil il y a quelques mois, j’en parlerai dans un prochain article. Je peux vous dire maintenant avec un peu de recul que l’on n’oublie pas mais que l’on s’en remet. Votre petite Bibou a vécu 14 ans et certainement de très belles années, alors courage. Oui elle avait une place énorme dans votre coeur et votre vie mais après un certain temps, qui sait vous aurez peut être l’envie de donner de l’amour à un petit malheureux de la SPA qui vous aimera et que vous aimerez aussi. Laissez le temps au temps, croyez-moi.

    • HARY 10 MOIS dit :

      Bonsoir Emma=je comprends votre détresse,le manque,cette petite boule de poils qui représente tellement et que contrainte et forcée nous en subissons leur départ que l’on ne veut absolument pas car c’est trés dur,difficile à supporter mais irrémédiable malheureusement.Je vous dis bon courage pour surmonter cette épreuve qui nous vide completement et nous laisse sans énergie.Je suis de tout caeur avec vous.Heureusement que ce blog existe qui nous permet de nous sentir moins seule dans notre détresse!!!je commence seulement à me sentir mieux depuis le départ tragique d’Hary et ça va faire presque 2 mois qu’il est partit mais je pense tjs trés fort à lui.Je n’ai pas repris de petit chat pour l’instant.Sincéres pensées et encore bon courage.

  14. rénette dit :

    Bonsoir,
    Je viens de perdre ma minette de 9ans d’une mort des plus tragiques…
    Ce jeudi matin 25 avril il faisait beau ma bichette qui ne sortait que qd le soleil brillait a décidé de sortir. Mon copain lui a ouvert la porte, moi j’étais dans la maison et je l’entends crier il venait de lui rouler dessus…
    Je ne sais pas ce qui c passé dès qu’elle entendait la voiture elle partait habituellement, et ce jour horrible lui ne l’a pas vu, a démarré et reculé comme d’habitude mais elle était derrière…
    Je n’en veux pas à mon copain qui ne l’a pas fait exprès, mais je pense à ce qu’elle devait faire avant de se faire écraser peut-être regarder autour d’elle se demandant où elle allait aller se promener ou peut être se rouler dans l’herbe pour commencer cette belle journée qui aurait pu l’attendre…
    Je m’en veux tellement de ne pas avoir été là pour lui éviter ça, d’avoir trahi l’amour qu’elle avait pour nous (c’est nous qui lui avons infligé cette mort horrible), je n’arrive pas à accepter cet « accident »…
    Et puis les gens qui ne comprennent pas (ce n’était qu’un chat soit disant), ceux qui disent ça arrive malheureusement fréquemment (peut etre mais pas à nous, nous qui la choyons tant…),les gens qui disent « ton copain il doit s’en vouloir » mais mon copain je m’en fou je sais qu’il serait prêt à tout pour remonter le temps, mais bon sang pensez à elle ayez de la peine pour ce qu’elle a vécu la pauvre, la douleur qu’elle a ressenti…
    Je m’en veux tellement, mais TELLEMENT, j’y pense chaque minute, je me refais la scène en permanence, je sais pas comment je v arriver à accepter qu’elle soit morte si tôt, d’une telle souffrance et que je n’ai pas été la pour la sauver, pour lui éviter ça, elle qui avait confiance en moi ma poupée…
    C’était une minette que l’on avait trouvée abandonnée à 2 mois, on l’a adoptée, elle a été à mes côtés 9 ans de ma vie, elle était assez caractérielle (ne s’entendait pas avec les deux autres chats de la maison), elle nous mordait le nez si on voulait lui faire un bisou, elle adorait jouer, elle avait son petit miaulement bien à elle, son petit bidou pendouyait, elle adorait se dorer au soleil, elle était solitaire, elle avait 9 ans, elle était noire aux yeux verts, tellement belle…
    Le matin même elle était venue me réveiller parce qu’elle avait faim, puis elle a couru vers la gamelle, puis elle a fait la fofolle avec le dossier de la chaise…
    Elle s’appelait Bichette, ma chérie, ma poupée, ma chichounette…
    Et NON ce n’était pas qu’un chat, c’était ma poupée…

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour, je suis bien peinée pour vous et je comprends le sentiment de culpabilité qui vous ronge. Même en cas de mort de maladie ou de vieillesse, le maitre culpabilise toujours, cela fait partie du processus de deuil. Il faut l’accepter mais il est nécessaire de circonscrire cette étape dans le temps. Pas la peine d’en rajouter et de se flageller, vous devez déjà bien assez souffrir comme ça. Comment auriez-vous pu prévoir cet accident ? Ce n’est ni de votre faute, ni celle de votre ami. La vie n’a pas de logique c’est pour cela qu’il faut profiter des êtres que l’on aime, poilus ou humains, tant qu’ils sont présents à nos côtés. Vous avez recueilli cette petite chatte, vous lui avez apportée du bonheur, elle a vécu une belle vie, gardez ça en tête. Maintenant elle est partie mais toujours présente dans votre coeur. La vie continue, et c’est la vie qui compte, vos autres chats ont besoin de vous. Courage.

    • risso dit :

      on dit que les betes sentent leur dernier jour c’est un peu comme les humains ce devait etre son jour de depart et je pense pas que l’on peut changer le destin c’est vrai que suite a differents evenements on se dit et si j’avais po fait ca et si j’avais… j’ai ete comme toi aussi avec le si je me suis fait violence mais je pense qu’il faut se dire que notre compagnon durant le temps de son sejour sur terre a été aimer choyé et bichette a eu apparement bcq de bonheur pendant ces 9 années elle est partie retrouver les siens mais elle est toujours la avec vous car avec tout l’amour que vous lui portez elle vit en vous courage sinceres amitiés

  15. Val dit :

    Mon chat Caramel s’en est allé mardi dernier. Ca fait une semaine et j’ai l’impression que la douleur de son absence va en grandissant. Mon amour de chat, mon fidèle compagnon depuis 12 ans 1/2 m’a laissée. Je ne m’y attendais pas du tout, il n’était pas si âgé. Il a commencé à moins manger, on m’a dit qu’il se régulait. Puis, petit à petit il ne mangeait plus. J’ai dû le faire hospitaliser. On m’a alors dit que ses reins ne fonctionnaient plus. Donc, j’ai dû le faire euthanasier, il souffrait trop. La maison est tellement vide maintenant. Il ne vient plus me dire bonjour quand je rentre, il me suivait partout dans l’appartement. Le soir, je l’entends encore ronronner. Je passais des heures à caresser sa fourrure satinée et lui me couvrait de calins. Cette période de deuil est insupportable, j’ai l’impression qu’elle ne finira jamais…

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour, malheureusement les problèmes rénaux sont fréquents chez les chats. Les complications sont nombreuses et quelquefois le mieux est d’abréger les souffrances de l’animal. Le deuil est toujours une période très difficile mais pensez au bout du tunnel, bientôt vous irez mieux ! Courage !

  16. risso dit :

    le deuil de son compagnon est dure a vivre il est vrai que les jours les semaines et meme les mois ki passent soulage notre douleur mais l’absence reste… on arrive mieux a gerer son quotidien mais moi il m’arrive pas encore une seule journée ou je ne pleure pas ca va faire 3 mois que ma tacha est partie et a ce jour j’ai passé le cap du deni mais son absence me fait souffrir je n’arrive pas a regarder une photo d’elle encore sans pleurer je vais la voir tous les jours car elle est dans mon jardin et je lui parle tantot je viens de lui deposer un bouquet de muguet depuis son depart on vit car il me reste 2 compagnons et une 3ème rot que j’ai recuperer car son maitre la mettait a la retraite je me prepare a ce jour a perdre mon rot kyser il va avoir 14 ans le 6 mai le veto me dit k c’est un miracle kil soit encore present … année 2013 !!! courage val dis toi que caramel ne souffre plus et qu’il est partie aimé ce qui n’est pas le cas de tous ces compagnons… et je suis sure que la ou es caramel il te voit qu’il est tjrs a tes cotés tu ne le vois pas mais par l’amour que tu lui as porté et que tu lui portes tjrs il vit il est dans ton coeur..je me dis ca pour ma tacha et qu’un jour on retrouvera les personnes et les compagnons qu’on a aimé sur cette terre avec qui on a parcouru un bout de chemin et qu’ils sont pas loin ils nous attendent ! courage val sinceres pensées

  17. Dany-Hélène dit :

    Je suis venue ici par hasard.

    Je viens de perdre mon Miko, mon bébé d’amour, mon petit Yorkshire de 15 ans. Il vieillissait et je savais que ça viendrait mais nous n’y sommes jamais préparés. Comme mon mari et moi travaillons, mon père venait voir Miko tous les jours et jeudi passé, le 9 mai, il l’a trouvé très amorphe. Habituellement, il se levait  »péniblement » pour accueillir mon père mais ce jeudi, il ne s’est contenté que de le regarder sans se lever. Mon père est retourné chez lui en craignant que toutou parte seul. Finalement, nous sommes arrivés du boulot et il était toujours dans son panier. Il ne tenait pas bien sur ses pattes et restait dans la position où nous l’avions mis. Habituellement, il bougeait beaucoup. Comme nous avions traversés des journées chaudes, j’ai pensé que c’était à cause de la chaleur. Puis vendredi matin, il n’était pas plus enjoué. Mon conjoint a téléphoné au vétérinaire pour lui dire que Miko semblait ne pas bien aller. Il nous a demandé d’aller le voir en précisant à mon mari qu’il se pouvait que nous ne repartions pas avec lui.

    Miko adorait mon mari plus que tout, c’était son  »papa humain ». Je suis retournée dans la voiture incapable de rester et mon mari l’a gardé dans ses bras jusqu’à son dernier souffle. Il trouve ça très difficile car il garde cette image.

    Notre peine et immense car nous sommes samedi soir et il nous a quitté hier matin.

    Nous souffrons beaucoup et notre peine est insurmontable. Je n’arrête pas de pleurer et ma douleur est immense. Bien que je sache que nous avons fait le meilleur choix pour Miko, qu’il ne souffre plus, ça ne m’enlève pas mon immense peine et je regarde partout sur le net pour trouver comment m’en sortir. C’est un véritable drame pour moi et je n’envisage pas comment je vais faire pour vivre sans lui.

    Même si mon mari me dit que Miko n’aimerait pas me voir comme ça, je suis incapable de me contrôler mais j’ai si mal…

    Merci de votre écoute!

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour, votre petit Miko a eu une belle vie pendant 15 ans, vous avez fait le bon choix, dés fois il vaut mieux ne pas s’acharner et offrir une fin digne à nos animaux. Courage. Vous n’êtes pas seule, votre mari est là pour accompagner votre peine et votre deuil.

      • Dany-Hélène dit :

        Ça fait aujourd’hui 3 jours que Miko est parti et c’est toujours aussi horrible, la douleur et la souffrance. Il me manque tellement. Je croyais qu’au boulot, ça irait bien mais ce fut pire: Pendant quelques secondes, je pensais  »Miko est seul à la maison, il s’ennuie… pour me dire  »Bien non, il n’est plus là »… C’est vraiment horrible, ce mélange de  »il me manque »,  »l’impression qu’il est toujours là », l’idée de ne plus pouvoir le voir et lui parler… c’est vraiment difficile. Mon mari, lui, est très différent, c’est intérieur. Moi je pleure sans cesse! Quand la peine commence t’elle à s’atténuer???

        • Pas bêtes dit :

          Hélas, ça prend du temps… Je dirais que si dans trois mois vous souffrez toujours autant, essayez de consulter quelqu’un qui vous aidera à surmonter ce deuil.

  18. micheline dit :

    Voilà 5 jours que ma Zayonne m’a quittée. Elle était dans sa 10ème année, c’est un cancer du foie et de la rate qui a eu raison d’elle.
    ça fait 5 jours que je ne cesse de pleurer ma petite chatoune que j’aimais tant. Elle me manque horriblement , à chaque instant de la journée … et de la nuit.
    Je l’ai enterrée dans un petit coin de campagne à 5 minutes de chez moi, j’y passe chaque jour avec mon chien pour lui dire bonjour.

  19. céline dit :

    Bonsoir,
    Ma chienne zoé est morte cette nuit dans mes bras, à côte de moi, dans mon lit.Elle avait des problèmes de coeur et a fait un oedème pulmonaire.C’est trop tôt, je me sens coupable de ne pas avoir renouveler ses médicaments à temps. Elle a partagé 14 ans de ma vie. Lorsque j’étais déprimé, c’est elle qui me faisait me lever le matin. Elle n’attendait de moi qu’amour, affection, attention et jeu.

    Ce soir, j’ai l’impression d’avoir perdu un membre de ma famille; Je suis pleine de chagrin, en deuil.

    j’ai toujours vécu avec des animaux, je ne sais pas comment je vais supporter cette absence, le vide de la maison en rentrant le soir.

    Je vous écris, parce que dans mon entourage, au travail, je ne suis pas sûr que l’on comprenne cette peine. Je me souviens, lors de la disparition de mon autre chienne, il y a quelques années avoir entendu « ce n’est qu’un chien ».

    J’espère pouvoir dans quelque temps me souvenir avec joie de son caractère et de ses facéties, mais pour l’instant je ne peux m’arreter de pleurer.

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour Céline, votre témoignage m’a émue. Si moi même je venais à perdre mon Mali, je serais au plus mal et c’est vrai que les gens ne comprennent pas toujours. Votre chienne a atteint un bel âge compte tenu de sa maladie, ordonnance ou pas, sa fin n’était pas loin et elle a eu la chance de mourir entourée de celle qui l’aimait le plus. Vous avez le temps, faites votre deuil, pleurez puis souvenez vous de vos moments à deux. La souffrance fait partie du deuil, ça passe et la vie reprend son cours, des souvenirs en plus dans le coeur.

      • céline dit :

        Merci pour votre réponse, elle me réconforte beaucoup.

        Je dois, à présent m’habituer à ne plus faire tous ces petits gestes du quotidien.

        Pourtant dés que j’entends un bruit, j’ai l’impression qu’elle est encore dans la maison.
        Je ne pensais pas que sa disparition me ferai autant souffrir

        merci encore d’avoir crée ce blog

    • claudine dit :

      odin est decede egalement le 28 je crois toujours qu’il va revenir ca fait une gosse boule au coeur qui fais tres mal

  20. patricia dit :

    jeudi 30 mai 2013,2h du matin…mon patchouly m’a quitté,mon chat semi-angora de 10 mois et 20 jours,une petite vie trop courte.je l’ai « récupéré » il avait 5 semaines,entre nous des liens forts se sont créés.aujourd’hui je n’arrive toujours pas à accepter sa disparitions,j’ai demandé une autopsie ,mon patchouly avait une malformation cardiaque congénitales,et un peu d’eau dans les poumons…demain (vendredi 7 juin 2013 )je vais lui rendre un dernier hommage,incinération accompagnée,il vont m’apporter le corps de mon amour pour l’ultime au revoir,le dernier baiser et la dernière caresse…puis je le ramène avec moi,je le ramène chez lui,dans son urne…ce sera différent mais il sera près de moi…il me manque tellement…depuis 1 semaine j’ai vécu et je vis chacunes des lignes de votre article,l’incompréhension,la culpabilité,et cette douleur qui ne me quitte pas,ces larmes qui n’en finissent pas de couler…je t’aime mon patchouly…

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour Patricia, effectivement votre Patchouly était bien jeune pour perdre la vie. Malheureusement il arrive que nos compagnons soient atteints de maux que l’on ne peut pas soupçonner. Hé oui, il est normal de vivre chacune des phases de l’article et chaque deuil est personnel et douloureux. Vous avez choisi de garder l’urne de Patchouly chez vous, il sera comme ça encore un peu avec vous mais ne lui laissez pas prendre toute la place, vous pourrez peut être envie d’accueillir un nouveau compagnon dans quelques mois, un an, deux ans. La vie reprendra le dessus et vous aussi. Courage.

  21. HARY 10 MOIS dit :

    Bonsoir à vous toutes et tous et surtout beaucoup de courage à tous celles ceux qui ont perdu leur compagnon.Ca fait trois mois que mon petit pépére Hary a été buté par une voiture et j’ai toujours le caeur gros de l’avoir perdu seulement à 10 mois,lui qui ne demandait qu’à vivre et moi sa maîtresse à profiter de lui.Sa vie a été bien trop courte et je ne m’en remets que difficilement.Les témoignages sont très émouvants et ce site nous donne l’occasion de partager nos très grosses Peines.Merci à tout le monde et Courage.Je reprendrai peut être un autre compagnon après les vacances.Michelle

  22. Gna dit :

    Bonjour, j’ai accompagné MmeChat du début où je l’ai accueillie dans ma vie jusqu’à tout à l’heure où elle m’a quittée. Je l’ai accompagnée dans son passage, l’ai mise en terre? enveloppée dans son linceul. Elle me manque, sa présence, son odeur, ses miaulements, son regard, sa vie dans ses yeux, sa malice. Elle souffrait beaucoup trop à cause d’une maladie. Je lui ai donné la meilleure vie que j’ai pu, elle a su me le rendre. Elle me manque, il y a comme un trou, un vide en moi. Je comprends maintenant ceux qui ont éprouvé du chagrin, de la tristesse, de l’angoisse suite à la perte de leur animal. J’ai perdu une amie, un membre de ma famille.

    • Pas bêtes dit :

      Je comprends votre chagrin, quand on aime un animal, c’est bel et bien un ami et un membre de notre famille que l’on perd. Vous avez fait le mieux pour elle. Courage.

  23. Valou dit :

    Bonsoir à tous…je viens apporter mon témoignage…je viens de perdre ma Cléo. Jeudi ma titoune n’est pas rentrée de sa petite promenade. Nous l’avons appelés, cherchée partout….J’ai attendu 2 jours avant de mettre des annonces sur Internet. Puis dimanche j’ai mis des affichettes dans mon quartier. Et lundi un monsieur m’appelle pour me dire qu’il a mis dans une poubelle un Chat comme le mien, le fameux jeudi de sa disparition…je n’y ai pas cru, c’etait pas possible. Pialors le choc de son absence, de mettre le mot « mort» et le choc de l’imaginer au fond d’une poubelle

  24. Valou dit :

    Oups, envoi trop rapide…puis après le déni, c’est la confrontation à une réalité, la douleur, l’impression d’être submergée…et l’autre minette qui cherche sa copine…quelle horreur….je ne l’ai pas vue morte ça n’aide pas car je la vois dans ce container….puis vient le moment de la réflexion : je dois surmonter ce chagrin pour Gourmandise qui souffre aussi de cette absence. J’ai donc décidé d’adopter un chaton issu d’un refuge, en me disant que la mort de ma Cléo va permettre de sauver une autre âme, et permettra à ma Gourmandise de jouer son rôle maternant et protecteur…je ne la remplace pas, je la pleure encore chaque jour car c’est très récent. Mais le fait de bientôt avoir un bébé chat, va nous aider à passer le cap avec plus de douceur, de tendresse…nous déménageons et nous allons dans notre nouvelle maison, planter un arbre en sa mémoire car elle devait être des nôtres dans cette nouvelle demeure. C’est peut-être stupide, puéril mais

  25. Valou dit :

    Mais à chacun sa réaction….il ne faut pas juger. La douleur de la perte d’un être Cher est très personnelle. Non, ce n’était pas qu’un chat ! Elle a partagé 21 mois de sa vie auprès de nous. Elle était trop jeune pour finir sa vie de cette manière mais voilà, on ne peut pas revenir en arrière… On espère très sincèrement que notre prochain compagnon va nous aider à surmonter tout ça…Voilà pour ce long témoignage…Merci de m’avoir lue. J’espère qu’il aura pu apporter un peu de réconfort à quelqu’un…Bien à vous tous. Valérie.

  26. Isabelle dit :

    J’ai perdu mon chat il y a 3 semaines. C’est arrivé soudainement. Il restituait dela salive comme si un corps étranger voulait sortir. D’un heure à l’autre, il était de plus en plus mal. Je suis allée d’urgence chez mon vétérinaire. Son ventre était gonflé d’air et il faisait de la température. Il y a avait soit un corps étranger ou une torsion de l’intestin. Il m’a dit que mon chat devait être opéré d’urgence. Je n’avait pas les moyens alors j’ai dû le faire euthanasier. J’ai été déchirée par cette épreuve.

    Ça faisait 7 ans que je l’avais. Je pleure encore et il y a un vide en moi. Au secours!Je suis incapable de passer à autre chose.

    Isabelle

    • risso dit :

      bjr,

      je connais cette douleur car moi encore a ce jour je pleure depuis k ma tacha est parti le 7 fevrier elle a laissé un grand vide malgré la presence de bea chienne rot de 7 ans qui a ete mise a la retraite et que j’ai adopté car j’ai 2 autres compagnons qui eux oci vivait mal l’absence de tacha mon male kyser vient de passer ses 14 ans le 8 mai et je sens kil va bientot retrouver notre tacha et mon shitzu l’ainé de 16 ans lui oci je deteste cet année 2013 ki va me prendre mes 3 compagnons d’ou la venue de bea qui es très gentille affecteuses mais je sais k l’amour k je porte a mes autres compagnons est a eux et k cet amour je ne pourrai pas le donner ailleurs et impossible de combler ce vide deja laissé par tacha je me prepare pour kyser et noa mais je sais ko fond de moi cela va etre difficile et le seul remede que j’ai trouvé afin d’avancer en refoulant ma peine superficielement c’est des cachets homeo si cela vs interesse c’est en pharmacie: serenité de chez aroma celte ce sont des huiles essentielles cela ne va pas guerir et fermaer votre blessure mais peut etre vous aider a vivre votre journée sans trop pleurer et vous permettre d’accepter le depart de votre ami mais sans l’oublier enfin pour moi c’est ce que ca me fait je vis mes jrnées normalement mais pas une seule journée sans pleurer car ma chienne es la dans mon jardin alors tous les jrs je vais lui parler et fumer ma cigarette a coté d’elle et la evidement malgré serenité les larmes accompagnent ce rituel bof.. puis je retrne a mon train train voila si ca peut vs aider ce medicament est un allié precieux dans l’attente de l’acceptation mais pas de l’oubli bon courage a toutes la vie est injuste fait mal mais on ne peut y echapper… amicalement

    • Pas bêtes dit :

      Oui l’euthanasie est une étape difficile, un choix complexe et même si on aime nos animaux, il arrive que les frais vétérinaires soient hors de notre portée. En tout cas, votre minette aura eu une belle vie 7 longues années. Courage

  27. DIMEY KIKI dit :

    bonjour à tous;
    C’est en larme que je vous écris car Moon ma petite chatte ( 15 ans) est morte hier le lundi 17 Juin 2013.
    Cette chatte je l ‘es recueillie d’un foyer animaux mes parents se sépareraient et elle avait personne à aimer, elle m’a sauver, apaiser mes chagrins d amour pare sa présence et ces coups de tête sur mon frond ses manies ou elle voulait être dans mes bras on était heureuse très heureuse;Puis un homme est arrivé dans ma vie elle a été jalouse ( trop drôle)puis en 2012 un bébé Depuis depuis 3 semaines une sirose maladie du foie apparait ca va vite trop vite les médocs ne font pas effet elle se cache tout le temps. Hier a cette heure même nous étions dans mon lit je lui parle bcp je lui dis que je l aime je la remercie que je suis désolée 16H le véto voit vite des tumeurs infectieuses dans le foie ce n’est plus qu une ombre votre minette vous sentez vous prête ? Ma raison dit oui mon coeur hurle NOON elle s’est d’ abort endormie dans mes bras puis la piqure finale… je l’es embrasser encore et encore une page se tourme la maison est tellement silentieuse que ca fait mal au coeur cette douleur qui ne veux pas partir

    • Pas bêtes dit :

      Votre message m’a fait mal au coeur, l’euthanasie est un acte difficile. J’espère que votre chagrin s’est un peu apaisé. Laissez vous le temps de pleurer et profitez de votre entourage pour vous soutenir. Courage.

  28. Séverine dit :

    Bonsoir,
    votre article m’a beaucoup touché. Décembre 2012 nous avons du faire euthanasier notre chien de 11 ans et demi nous l’aimions beaucoup et cela a été très dure pour toute la famille. Nous avons eu beaucoup de mal de nous en séparer, c’était notre seul animal donc cela à fait un gros vide. J’ai tellement eu du mal à m’habituer à cette absence que j’ai donc acheté un lapin. Non pas pour le remplacer loin de là mais pour justement essayer de combler ma tristesse.. et entamer une nouvelle histoire (qui fut superbe car mon lapin était génial !) Je l’ai hélas perdu ce 31 mai sans savoir ce qu’il avait eu. Je l’ai retrouvé inerte dans sa cage. Il avait 1 an et demi. Ma petite boule de poils comptait beaucoup à mes yeux et j’ai tout fait pour qu’il soit chouchouté comme un roi… J’ai beaucoup de mal à m’en remettre… Et comme vous les « ce n’était qu’un lapin » – « Ce n’était qu’un chien, pas un humain » j’en ai entendu et ça m’a beaucoup fâché et surtout blessé.
    Seules les personnes ayant de l’amour pour leur petites bêtes comprennent à quel point c’est dur ! Beaucoup de courage à tous !

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour, je suis bien désolée d’apprendre cette double perte. 11 ans est un bien bel âge, votre chien a profité d’une belle vie bien entourée avec vous.
      Pour la perte de votre lapin, je suis aussi de tout coeur avec vous. Le décès des lapins est souvent très rapide et souvent inexpliqué. Oui ce n’est qu’un lapin mais quand on sait à quel point on peut tisser des liens affectifs avec eux, leur perte est toujours douloureuse. C’est difficile de ne pas connaitre la cause du décès alors qu’on a offert une bonne vie à notre animal mais des fois c’est comme ça, on a fait tout ce qu’on a pu mais il y a des maladies qu’on ne peut pas voir. Il y a encore beaucoup de boulot pour faire accepter le lapin comme un animal de compagnie à part entière. Je vous envoie tout mon soutien. Il n’y a pas de culpabilité à avoir, vous avez fait au mieux. Pensées pour vous.

      • Séverine dit :

        Merci beaucoup pour votre réponse si réconfortante ça me touche beaucoup. J’ai même rejoint votre page facebook qui est vraiment sympa !
        Oui les lapins sont très compliqués mais surtout fragile au niveau de leur santé ce que je trouve dommage car ce sont des êtres vraiment attachant et le mien était adorable. Il était jeune et en pleine forme donc j’ai été très choqué par sa perte car je ne m’y attendait pas du tout..

        • Pas bêtes dit :

          Je suis contente que mon message vous ai réconfortée. Oui je suis d’accord avec vous, les lapins sont si fragiles et pourtant si fascinants, difficile de les perdre. Ils sont petits mais prennent de la place dans nos coeurs.

  29. Faany dit :

    Bonjour…
    Voilà, je me décide à verbaliser mon chagrin. Ulaan, mon adorable bouledogue français de 9 ans et demi, s’en est allé lundi 15 juillet dernier, dans l’après-midi… Voici mon histoire tragique… Fin mai, nous nous sommes rendus chez la véto, pour son rappel de vaccin contre la Piroplasmose (le samedi). Nous avons débuté en même temps son traitement Atopica (le dimanche), pour ses légers problèmes de peau. Ulaan est tout blanc, sans aucune tâche, ce qui est assez rare pour un bouledogue. Cette caractéristique fait qu’il est plus fragile sur le plan cutané… Ce dimanche en question, Didi (son surnom parmi tant d’autres: Petit Pinou, Didi d’Amour, ‘tit n’Amour, Ma petite grenouille…) vient vers moi et se colle à ma jambe. J’entends des gémissements sortir de sa gorge. Il semble raide au niveau de la nuque et tremble de tout son cou… Je m’inquiète… Je l’allonge à côté de moi, et je le caresse afin de le calmer, de le soulager… Il s’endort, et à son réveil une dizaine de minutes après, tout est rentré dans l’ordre… Comme si rien ne s’était passé. Il prend son os et me demande de jouer avec lui. Puis cette crise revient quotidiennement le lundi, le mardi et le mercredi… Le jeudi nous allons chez la véto car nous sommes inquiets. Radios, échographies, prises de sang… Puis RDV pris dans un Hôpital vétérinaire pour qu’Ulaan passe un scanner cérébral et subisse une ponction de liquide céphalo-rachidien. Nous ne voulions pas passer à côté d’un diagnostic! Nous l’aimons trop notre boule d’Amour! A ce stade, notre véto pense que Didi fait une méningite, mais qu’elle peut être soignée… Résultat du scanner cérébral: petite grosseur. Le véto de l’hôpital ne peut pas se prononcer définitivement. Il pense que c’est peut-être la trace d’un AVC, ou au pire, une tumeur. Il nous demande de faire un scanner de contrôle 3 semaines plus tard… Il faut savoir que pendant ces 3 semaines, Ulaan a fait des crises d’épilepsie et a été mis sous traitement (Crisax). Ces crises se sont espacées et écourtées: une tous les 10 jours, d’une durée de 20 secondes tout au plus… Arrive le jour J pour effectuer le scanner de contrôle. Vendredi 12 juillet. Nous le laissons le matin et venons le chercher en fin d’après-midi. Verdict du véto: tumeur cérébrale ayant doublé de volume en l’espace de 3 semaines! Il ne lui laisse que quelques semaines de vie… Je me suis effondrée dans son bureau!!! Impossible de parler… Nous ramenons Petit Pinou à la maison… Entre temps, nous avons diminué son traitement contre l’épilepsie, car il était totalement shooté, fatigué… Nous avons profité un maximum de ce week end du 13 et 14 juillet. Je l’ai pris en photos, pris en vidéos… Bref, j’ai profité un maximum! Nous avons fait des câlins à n’en plus finir… Il a dormi avec moi… Il avait une pêche incroyable, et là je me suis dit que le véto s’était forcément trompé de diagnostic. Il ne pouvait en être autrement! Je tiens à préciser que je suis sans emploi depuis 2 ans, et que nous avons pu profiter l’un de l’autre au maximum! Balades, jeux, câlins… Je ne m’absentais quasiment jamais de la maison, afin d’être avec lui en permancence! Dans la nuit du dimanche 14 au lundi 15, Ulaan a fait une petite crise d’épilepsie à 1h40 du matin, alors qu’il dormait avec moi, sur mon lit. Je l’ai calmé, pris dans mes bras et nous avons fini par nous endormir, face à face, sa petite tête sur mon avant-bras. Le matin au réveil, il allait bien. Il gambadait, tout joyeux de cette nouvelle journée qui commence pour nous 2! Il avait super bon appétit et me réclama de suite son repas… Bref, un toutou heureux et en forme! Mais à partir de 10h, il a commencé à refaire des petites crises très brèves, 5 secondes chacune, tout au plus. 4 crises à la suite, alors qu’il dormait sur le canapé, avec moi, sa tête posée sur ma cuisse… Puis soudainement, il s’est levé et m’a fait comprendre qu’il voulait descendre du canapé. Je l’ai pris dans mes bras et je l’ai posé debout sur le sol. Il a alors eu un comportement étrange: il a redressé sa tête et ses oreilles, comme s’il sentait un danger autour de lui. Il a d’ailleurs scruté toute la pièce en agitant sa petite tête. Puis il a commencé à retrousser ses babines et à les faire bouger très rapidement, comme un toutou qui veut mordre quelqu’un qui l’agresse. Il s’est mis à saliver de plus en plus, ses babines étaient blanches de salive. Je lui parlais, mais je voyais bien qu’il n’était pas conscient à ce moment précis. Puis, la crise a disparu comme si de rien n’était. Il est venu à moi, tout content, et nous sommes sortis prendre l’air. Il s’est allongé au soleil pour son petit bain de soleil quotidien. Il s’est mis sur le dos et a fait son petit fou, comme si rien ne s’était passé 5 minutes auparavant! Mais j’ai pu constater lorsqu’il est revenu vers moi pour rentrer à la maison, que sa patte arrière droite était raide et traînait légèrement en arrière, mais aussi que sa patte avant droite bougeait toute seule. J’ai également constaté qu’il ne devait pas très bien y voir de son oeil droit, car il s’est cogné à plusieurs reprises… Mais cette déficience du côté droit et ce problème de vision, n’altérait pas son état. Il marchait tout de même (en titubant et en trébuchant) et a repris le cours de son bain de soleil. J’en ai eu les larmes aux yeux!!! Je voyais bien que cette « putain » de grosseur dans sa tête cherchait à le ronger de l’intérieur. Que le processus était malheureusement lancé et que cela était irréversible et incurable… Mais ce qui me retenait d’agir, c’est qu’entre chaque crise, Didi était un toutou normal et joueur… Pas de perte d’appétit, envie de balades… Nous avons tout de même emmené Didi chez la véto qui, au regard de son auscultation, a jugé bon d’agir au plus vite et de ne pas laisser la souffrance et les déficiences s’installer… Certes, il avait la pêche, mais les crises devenaient de plus en plus proches, et commençaient à laisser des séquelles irréversibles. Peut-être aurions-nous pu attendre quelques jours, quelques heures de plus, mais il aurait certainement été encore plus mal. Peut-être aveugle? Peut-être paralysé? Peut-être incontinent? Peut-être douloureux, en souffrance terrible? Je voulais qu’il garde sa dignité jusqu’au bout! Que ce ne soit pas la putain de tumeur dans sa tête qui prenne le dessus!!! Nous avons donc pris la décision de l’euthanasier. La pire décision que j’ai eu à prendre de toute ma vie!!! Qui suis-je pour donner la mort? Pour décider du moment de mourir, de ma moitié? C’est un acte odieux et horrible! Mon compagnon et moi-même sommes restés avec la véto. J’ai tenu ma petite boule d’amour dans mes bras, jusqu’à son dernier souffle! Je l’ai caressé, je lui ai parlé et je lui ai demandé pardon… Pardon pour ce que je venais de lui faire! Que je ne voulais pas qu’il souffre et que je voulais qu’il parte dans la dignité! Qu’il fallait qu’il m’attende, que je l’aimais, et que je l’aimerais toujours! Que jamais je ne le remplacerai! Les au-revoir ont été bouleversants. J’ai réalisé lorsque j’ai constaté que ses petits poumons ne se soulevaient plus, que c’était la fin… Il sera incinéré individuellement, la semaine prochaine. Je suis impatiente qu’il rentre à la maison (urne)! C’est d’autant plus difficile à vivre pour moi, parce-que je suis enceinte de mon premier enfant et je dois accoucher le 20 Août. Je m’en veux terriblement! J’ai donné la mort à l’amour de ma vie le 15 juillet et je vais donner la vie le 20 Août, à un petit être que je ne connais pas et à qui je ne pense même pas! J’en veux à cet enfant de grandir en moi!! J’ai l’impression qu’il veut prendre la place d’Ulaan et je lui en veut terriblement! J’aurais préféré ne pas être enceinte, mais que mon Didi reste avec mois encore de longues années… Ulaan me manque terriblement!!! C’est lui mon BB!

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour, votre témoignage m’a terriblement touchée. Vous avez vécu une période très difficile, vous avez vécu la mort alors que la vie est en vous. Mais ne culpabilisez pas, vous avez fait le mieux pour votre Didi. Vous lui avez éviter la dégradation. Il vous en serait reconnaissant, vous l’avez vu au meilleur de lui même. Surtout surtout pensez à cet enfant qui va naitre, c’est la plus belle chose de la vie. Votre chien restera dans votre coeur mais vous avez fait le bon choix, vous avez fait ce qui semblait le plus juste pour votre animal. Maintenant faites doucement votre deuil mais l’important c’est ce bébé qui va naitre, vous lui expliquerez plus tard que vous avez eu un chien que vous adoriez, il fera partie de vos souvenirs, de votre vie. Mais la vie ne s’arrête pas, elle va bientôt être la. Quand vous en aurez le courage, vous pourrez penser à un autre compagnon d’ici quelques temps. Votre bébé vous prendra du temps, quand vous vous sentirez prêtre pour un autre chien, écoutez vos envies, il y aura peut être de la place pour un autre compagnon. Mais ne pressez pas les choses, écoutez vous, vous sentirez le bon moment. Je vous soutiens à distance. Et félicitations pour ce petit être qui vit en vous et vous apportera de l’amour et à qui vous porterez de l’amour, un amour magnifique. Vous avez fait le bon choix, ne vous sentez pas coupable, la vie est devant vous. Votre chien est dans votre coeur et il vous apporte son courage, sa joie de vivre même s’il n’est plus la.

  30. Savannah dit :

    Bonjour j’ai pleurer en lisant votre site. La mienne est décédée aujourd’hui.. Elle avait un cancer des os. Je suis partie vivre en Bolivie il y a 9 mois, au mois de novembre ayant l’intention de la reprendre chez moi au Canada ensuite. J’ai eu la chance de pouvoir passer 3 semaines de vacances au Canada ( Sa fait 5 jours que je suis içi ). Malheureusement ma chatte qui restait chez l’amie de ma mère allait pas bien, elle avait une bosse a la patte. Je suis allez hier la voir au médecin et j’ai eu un énorme choc en la voyant. Elle avait pris 6 kilos de plus! Imaginez-vous ! C’est beaucoup. J’ai passer la soirée avec elle chea l’amie a ma mère et j’ai pris la décision de la faire endormir ce matin. Il lui reste selon le vétérinaire seulement quelques jour/semaines (1-2 max).. mais la pauvre souffrait ! Je pouvais la faire enputée la jambe mais la wow ! C’est une chatte .. Sa serait totalement dramatisant pour elle en plus que même la d’habitude le caancer ce répand dans tous le corp. Il vont l’insinérer collectivement. Ont a pas assez d’argent dans la famille. Si ont veut l’insinérer individuellement c’est 250 $ et pour reavoir les cendres c’est 350 $. Je n’aime pas le fait d’imaginer que ma belle Chicha est dans un frigo et qu’un camion vas venir la ramaser pour la jetter aux feu. Mais ma chatte a été super contente de me voir. Genevième l’amie a ma mère ma’a dit qu’elle ne l’avait jamais vue aussi contente que sa .. Elle roronnait.. Et bizzarement aujourd’hui elle a voulu monter dans sa cage.. elle roronait.. c’est comme si elle comprenait ce qui se passer. Elle n’allait plus souffrir. Elle nous a quitter d’une manière merveilleuse. A ce moment la je les vue elle, ma Chicha qui comme tjrs était de bonne humeur et roronait super fort. Elle nous a fait un cadeaux en nous laissant avec des roronnement. Elle comprenais ce qui ce passait et était enfin en paix avec la vie. Je me sens super chanceuse d,être arriver a temps pour la voir une derniere fois et lui dire aurevoir. Ma m`re par contre n’est pas venu avec moi et se sent très mal.. Je l’ai depuis mes 4 ans.. Et elle s’est éteint aujourd’hui a mes 15 ans. Elle était super belle. Une chatte espagnole. Je n’ai pas de frêres ni de soeur et mes parent sont séparées. Elle a toujours été la pour moi sa resteras toujours ma petite soeur, mon amie et ma compagne. Je t’aime Chicha! Je suis ur que tu es en paix mnt. Je t’envoie plein de caresse dans ton cou comme tu l’aime et je t’envoye d’içi en bas ta belle chanson que t’aime. JE T’AIME CHICHA RON

    • Pas bêtes dit :

      Bonjour, merci pour votre commentaire. Je suis bien peinée d’apprendre la perte de votre Chicha. Elle a eu une belle vie, une belle mort et vous lui avez donné beaucoup d’amour. Courage, prenez le temps de faire votre deuil et la vie reprendra le dessus. Pensées pour vous.

  31. annie fugier dit :

    Je viens de perdre une perruche calopsitte nommée Hélios. J’ai vu mourir plein d’animaux car j’ai une association de protection animale.
    Je pense qu’à présent, je devrais rencontrer (ou plus tard aider) des personnes qui ont du mal à faire le deuil de leur petit amour, ce qui est mon cas après tant de morts.
    Si vous voulez m’écrire, me conseiller, demander de l’aide au sujet de la fin de nos amis, bienvenue. C’est un moment si dur.

    • Pas bêtes dit :

      Merci pour ce commentaire, je pense effectivement que seules les personnes qui ont perdu un animal aimé peuvent comprendre la difficulté du deuil. Courage !

  32. Janssens dit :

    J’ai perdu mon chat, après 16 ans de vie à deux, aujourd’hui. Euthanasie, il était malade depuis des mois. Ce chat était unique, une crème, gentil, je représentais tout pour lui. Il ne m’a jamais griffé. Il était adorable…

    Je suis desespérée, triste. Un manque se crée. je l’ai eu lors de mes six ans, j’en ai 22; mon enfance s’est envolée avec lui.

    • Pas bêtes dit :

      Je suis bien désolée pour vous, j’espère que le temps atténuera un peu votre peine. L’euthanasie est un geste difficile et ce chat représentait votre enfance. Une page se tourne mais une autre commence. Grâce à cet animal, vous savez bien comment vous occuper d’un chat et vous pourrez en accueillir un autre dans un refuge pour faire un nouvel heureux dans quelques temps. Je pense à vous.

  33. Lilly Sticker dit :

    J´ai trouve aussi des urnes funéraires sur ce site :
    https://www.urnes-animaux.com
    J’ai acheté l’urne crystal swarovski je trouve aussi magnifique
    Cordialement

Leave a Reply to Pas bêtes